FANDOM


Dans la seconde moitié du 29ème siècle, l’UEE cherchait à définir sont statut dans l’univers[1]. Le régime des Messer avait été renversé presqu'un siècle plus tôt, mais la corruption et l’avidité continuaient d’infester le gouvernement. Au milieu de ces incertitudes, Corbyn Salehi mena une vague de réformes dans le bureau de l’Imperator, faisant campagne sur une politique d’ouverture, d’honnêteté et d’ambition pour le gouvernement. Il s’est avéré être un homme d’action, pas juste un beau parleur, Salehi proposa la plus fantastique des propositions au comité Clarke - une planète construite par l’homme. Il croyait que si l’humanité se ralliait autour d’un objectif ambitieux, elle pourrait progresser et dépasser les petits différents qui la retenaient jusqu'alors.

L’optimisme de Salehi fût contagieux, ce qui lui permit de recueillir le soutien nécessaire auprès du public et des politiques. Pendant des décennies, et même après qu’il ne soit plus au bureau de l’Imperator, Salehi et sa vision ont permis aux gens de garder la foi dans ce projet. Malheureusement, Salehi mourut en 2922, des suites de complications inexpliquées à son pancréas synthétique. Sans sa force directrice, les efforts du Synthémonde allaient connaître des temps difficiles.

Beaucoup d’éléments faisaient du système Chronos l’endroit idéal pour cet ambitieux projet. La similarité de l’étoile avec le soleil de Sol en faisait un système optimal pour l’habitation humaine. Ses deux planètes étaient des rochers désolés, ce qui signifiait que cette immense entreprise n’apporterait aucun inconvénient à des habitants, ni ne mettrait en danger des personnes étrangères au projet tout au long des expérimentations et des décennies de travaux qui seraient nécessaires. L’absence de planète, à l’exception de Bruder et Schwester, permettait de placer le Synthémonde à une distance orbitale idéale de l’étoile. Enfin, le système a l'avantage d'être relativement isolé, ce qui minimise les chances de rencontrer des visiteurs curieux et indésirables.

Quand le projet a été annoncé, il symbolisait un futur où l’humanité pourrait créer des mondes habitables sans risquer de mettre en danger d’autres espèces. Les transporteurs ont fait de longs trajets pour amener les ressources nécessaires dans le système, même si des profits plus alléchants étaient disponibles ailleurs. Des universitaires ont étudié les conséquences à long terme du succès d’Archange et ce qu’elles signifieraient pour le futur de l’Empire. Quant aux civils, chaque système attendait avec enthousiasme que ce nouveau monde soit né.

À présent, après que plusieurs décennies soient passées, la promesse de Synthémonde semble décliner, tout comme l'intérêt du public à son égard. En dépit des milliards d’heures et de crédits dépensés, la planète ne semble toujours pas proche d’être terminée. Le projet a été entaché par des scandales de corruption et de dépassement de budget, menant certains progressistes traditionalistes à qualifier le projet de “gouffre financier” qui drainerait des ressources et des crédits en défaveur de projets bien plus importants. Le Synthémonde ne symbolise désormais plus le futur et est mis en péril.

Aujourd’hui, la construction de Synthémonde continue. Les informations sur les avancées du projet sont devenues moins fréquentes, mais les scientifiques et les ingénieurs du gouvernement déclarent faire des progrès. Beaucoup espèrent encore que le vrai visage du futur de l’humanité émerge de Chronos. Savoir si Synthémonde deviendra le plus grand succès ou le plus grand fiasco de l’humanité reste encore à décider.

Références :

  1. Guide Galactique : Le système Chronos. Sur StarCitizen.fr.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard